Haie comestible

Usage : mixte familial & accueil
Superficie : 35 m de long
Missions :
– Concevoir une haie comestible
– Transmettre autour du jardin-forêt (définition, principes, conception, productions, guildes…)

– Animer un chantier participatif

Pour la petite histoire :
Une haie en bordure de terrain pas tout à fait comme les autres. On y trouve de quoi picorer des baies et fruits de toutes sortes, de quoi se soigner, épicer des plats, faire des teintures végétales ou fleurir une salade… 

Découvrez plus d’images ici !

Photo 1 - référence 1

 

Photo 2 - référence 1

 


 

Design en famille

Usage : familial
Superficie : 4 000 m2
Missions :
accompagnement aux différentes étapes de la démarche permaculturelle
– définir une vision commune
observer le lieu et ses possibles
étudier les éléments du système, les cheminements et les usages
distribuer les espaces
concevoir un plan directeur à la lumière des ateliers menés ensemble
proposer des ambiances (matières, aménagements, couleurs…)
proposer une palette végétale comestible

Pour la petite histoire :
Adrienne, Cyril et leurs 3 enfants vivent sur un beau terrain arboré de 4000 m2 mais peinent encore à l’habiter pleinement et à profiter de tous ses potentiels.

C’est donc au travers de différents ateliers d’observation et de conception que nous avons fait émerger ensemble à un plan directeur, illustrant l’ensemble des éléments, les espaces à vivre, leurs fonctions, les cheminements permettant la fluidité des usages.

Ils se changeront eux même de la mise en œuvre à l’aide du plan directeur et des schémas de plantation.

Découvrez plus d’images ici !

Photo 1 - référence 2

Photo 2 - référence 2

 


 

Ateliers jardin-forêt

Contexte : Cours Certifiés de Permaculture
Les apprentissages :
– Définition et principes du jardin-forêt
Les productions du jardin-forêt
– Les guildes
– Les différentes stratégies de design
– Imaginer une guilde de végétaux autour d’un arbre fruitier

Pour la petite histoire :
Des ateliers sur le jardin-forêt dans le cadre plus vaste de 15 jours pour appréhender les contours de ce qu’est la permaculture. L’occasion ici de côtoyer la démarche de conception d’un paysage comestible, de se mettre face à la somme de questions inhérentes à chaque plante, d’optimiser leurs interactions bénéfiques et plein d’autres choses encore.

 

Photo 1 - référence 3

Photo 2 - référence 3

 


 

De la forêt au jardin-forêt

Usage : mixte familial & accueil
Superficie : 200 m2
Missions : projet en cours
– Implanter une forêt Miyawaki (plantation dense, 2 arbres/m2, d’arbres natifs). Les végétaux serviront d’essences AFI (Architectural Fertilisant Ingénieur) pour nourrir le système (BRF, broya, micro-climats, ombrières, brise-vent…)
– Coordonner les chantiers participatifs
– Éclaircir et jardiner la forêt native qui aura dynamisé la vie du sol (base de prairie pauvre en biodiversité)
– Implanter des essences nourricières pour venir former le jardin-forêt

Pour la petite histoire :
Comment ramener de la vie dans cette prairie anciennement pâturée ? Est-ce propice à l’implantation d’un jardin-forêt ? C’est de ces 2 questionnements qu’est née l’idée de ce projet expérimental. Implanter une forêt Miyawaki pour créer de la vie, apporter de la biodiversité et à la fois servir de base à l’implantation d’un jardin-forêt. Les essences natives comestibles seront conservées, taillées en têtard… tandis que les autres seront valorisées pour enrichir le système ou soutenir l’implantation d’essences plus fragiles.

Découvrez ici les images de l’implantation de la forêt Miyawaki.